4 juin 2014
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Remise du 9ème rapport de l’Observatoire National de l’Enfance en Danger (ONED) à Laurence Rossignol

Laurence Rossignol, Secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie, a reçu ce mercredi 4 Juin Madame Hermeline Malherbe, Présidente du GIP Enfance en Danger qui lui a remis à cette occasion le 9ème rapport de l’Observatoire National de l’Enfance en Danger (ONED).

Laurence Rossignol et Hermeline Malherbe

En cette année du 25ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), l’ONED rappelle dans son rapport que la protection de l’enfance telle qu’elle est organisée en France tire pleinement les conséquences de l’évolution du droit international.

Ce rapport, consacré dans sa partie thématique au travail avec l’accord des familles, aborde des questions aussi fondamentales que celles des représentations de la parentalité pour les professionnels ou encore du respect des droits des parents et de l’enfant.

Ce document évoque également quelques chiffres concernant la protection de l’enfance : 275 000 enfants mineurs sont actuellement pris en charge par la protection de l’enfance et 20 800 jeunes majeurs sont également protégés. Les chiffres et les différentes recommandations préconisées par l’ONED seront un socle pour le travail de réflexion mené concernant la protection de l’Enfance.

Ce rapport est essentiel pour faire avancer réellement l’action de tous les professionnels impliqués dans la protection des enfants. L’ONED préconise notamment :

  • 1. de développer de manière systématique le projet pour l’enfant et de définir plus précisément au niveau national un référentiel des besoins de l’enfant ;
  • 2. de mener des études sur le fonctionnement des parquets dans le circuit du signalement et dans l’articulation entre évaluation administrative (CRIP) et évaluation judiciaire ;
  • 3. de développer les études portant sur les parents concernés par les dispositifs de protection de l’enfance pour mieux comprendre les points de vue des parents et leurs possibles engagements dans le déroulement des mesures de protection et rechercher une meilleure implication de leur part et de celle du mineur dans la mesure.

Laurence Rossignol a profité de cette rencontre pour remercier Madame Hermeline Malherbe du travail fourni par GIP Enfance en Danger, et par l’Observatoire National de l’Enfance en Danger qui permet chaque année de rendre compte de l’efficacité des mesures mises en place dans le cadre de la protection de l’enfance.