3 décembre 2013
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Lancement des travaux de la Commission « enfance et adolescence »

La Ministre de la famille a installé ce matin la commission Enfance et Adolescence du Commissariat Général à la Stratégie et la Prospective, à l’occasion du colloque « Les adolescents : problématiques d’individuation et d’accès à l’âge adulte ».

La création de cette commission était un engagement du Premier Ministre dans le cadre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, annoncé le 21 janvier dernier. Cette commission sera présidée par François de Singly, sociologue, et débutera ses travaux dans les prochains jours afin de définir les contours d’une stratégie nationale pour l’enfance et l’adolescence. Elle contribue au décloisonnement des politiques sectorielles attendu par tous les acteurs.

Lors de ce colloque, Dominique Bertinotti a souligné la nécessité de repenser les politiques destinées aux adolescents :

  • en mettant un terme à la segmentation des politiques publiques (éducation, protection de l’enfance santé, handicap, culture etc.).
  • en imaginant de nouveaux services « avec » et non seulement « pour » les jeunes. C’est la raison pour laquelle la ministre de la famille a souhaité que soient associés étroitement des adolescents à ses travaux, dans le cadre de différentes démarches participatives.

Les premiers jalons de cette approche renouvelée ont déjà été posés par le gouvernement :

  • lancement des schémas départementaux pour l’accueil de la petite enfance et le soutien à la parentalité au cours du mois de décembre
  • mise en place par la ministre de la famille, parmi les groupes de réflexion pour la préparation de la loi famille, d’un groupe sur les nouveaux droits des enfants et adolescents.

Les travaux de la commission permettront d’alimenter cette dynamique indispensable pour atteindre l’objectif d’investissement dans la jeunesse fixé par le président de la République.