26 novembre 2013
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

L’aide aux plus démunis : la solidarité est la priorité en période de crise

Plus de 800 000 Français ont des difficultés pour se nourrir et font appel aux associations d’aide alimentaire. Le gouvernement est mobilisé depuis maintenant un an pour assurer la pérennité de la solidarité européenne envers les plus fragiles grâce au Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). En effet, nous avons collectivement pris l’engagement de réduire la pauvreté à l’horizon 2020 et la France tient à mettre tout en œuvre pour atteindre cet objectif ambitieux.

Fin décembre 2013 au plus tôt, le Parlement européen devrait voter le règlement qui permettra à la France de présenter son programme opérationnel et d’émarger effectivement au fonds qui, grâce à la mobilisation du Parlement européen, a été maintenu à 3,5 milliards d’euros pour 2014-2020 (2,5 milliards d’euros obligatoires et 1 milliard d’euro facultatif).

« En période de crise, la réduction de la pauvreté doit être engagée sans retenue et nous souhaitons obtenir la même dotation sur les 7 prochaines années » a indiqué Marie-Arlette CARLOTTI.

En France, la dotation sera répartie entre les différentes associations qui œuvrent dans le domaine de l’aide alimentaire, dans un souci d’équilibre entre autonomie des initiatives et efficacité de gestion des denrées. A cet égard, il est important de saluer l’engagement sans faille des associations qui ont, d’ailleurs, été étroitement associées à l’élaboration du programme opérationnel national, avec les services de l’Etat.

Afin de répondre aux besoins, la ministre a confirmé la publication fin 2013 d’une instruction permettant l’exonération fiscale des dons alimentaires en nature aux associations. Cette disposition répond à un engagement du Premier ministre en octobre dernier et souligne que la réforme fiscale se fera pour plus de justice et de redistribution.